Rédiger sa « bucket list » : pourquoi et comment ?

(Image par Jonny Lindner de Pixabay)

Cela fait maintenant plusieurs années que le concept de la « bucket list » est apparu suite à la sortie du film « The Bucket list » en 2008. C’est devenu une mode et j’avoue que j’ai moi-même commencé à écrire ma bucket list en 2012.

Qu’est-ce qu’une bucket list ?

Ecrire sa « bucket list », c’est écrire la liste de toutes les choses que l’on veut faire dans sa vie avant de mourir. Et oui.. Je n’aime pas cette dimension tragique du concept mais c’est cela précisément qui nous pousse à l’écrire et à passer à l’action. Je trouve que c’est une super idée et un très bon outil de développement personnel pour passer à l’action, opérer les changements que l’on souhaite dans sa vie, vivre une vie qui nous ressemble et ne pas avoir de regrets plus tard. Vous me direz que personne ne souhaite cela, certainement, mais je ne peux parler que pour moi : je détesterais, dans 20 ans ou bien sur mon lit de mort, regarder dans le rétro et constater que je n’ai pas vécu la vie que j’aurais voulu vivre et que j’ai perdu du temps ou pire, que je ne peux plus rectifier le tir au moment où je fais ce triste constat. La plupart des gens souhaitent faire de grandes choses, ou en tout cas « faire ce qu’ils veulent », « profiter » lorsqu’ils seront à la retraite et je leur souhaite. En ce qui me concerne, je préfère m’assurer que cela arrive et donc le faire maintenant si j’en ai la possibilité. Il y a quelques mois, je suis tombée sur une vidéo relatant les cinq regrets qui revenaient le plus lorsqu’on interrogeait des personnes en fin de vie :

– « j’aurais aimé avoir le courage de vivre comme je le voulais et non de vivre la vie que l’on attendait de moi »

– « je regrette d’avoir travaillé si dur »

– « j’aurais voulu avoir le courage d’exprimer mes sentiments »

– « je regrette de ne pas être resté en contact avec mes amis »

– « j’aurais aimé m’autoriser à être plus heureux »

Que doit contenir une bucket list ?

Il n’existe pas de bucket list idéale et aucune bucket list ne se ressemble. Une bucket list ne peut être que subjective puisqu’elle renferme les rêves de son auteur.

Elle peut être aussi longue/courte qu’on le souhaite : certains listent 100 choses à accomplir quand d’autres n’en inscrivent qu’une vingtaine. D’autres encore en répertorient plusieurs centaines.

Elle peut contenir absolument toutes sortes de catégories et sous-catégories ou uniquement se concentrer sur un aspect en particulier (les voyages par exemple), il n’y a aucune règle en la matière.

(Image par Free-Photos de Pixabay)

Comment écrire une bucket list ?

Dans un premier temps, installez-vous confortablement dans un endroit calme, en tête à tête avec vous-même, prenez une feuille et un stylo et posez-vous cette question : quelles sont les choses que je veux absolument vivre dans ma vie ? Ou, si vous préférez un autre type de formulation : quelles sont les choses que je regretterais de ne pas avoir vécues si on m’annonçait que j’allais bientôt mourir ? Je préfère la première formulation, moins angoissante et donc plus motivante en ce qui me concerne, mais peut-être que la seconde peut provoquer un déclic chez certains et les aider à passer à l’action. Ecrivez toutes les réponses qui vous viennent à l’esprit spontanément. Il n’y a pas de bonnes ou de mauvaises réponses, pas de petit ou de grand rêve. On évite de trop raisonner, de juger ses réponses. Pour une fois, on se laisse guider par notre petite voix intérieure et on s’écoute. On s’imagine que tout est possible. Et on s’écoute. Qu’est-ce qui vous fait vibrer, vous remue, vous retourne, vous émeut, fait naître en vous de l’enthousiasme, du sens, de l’exaltation ? C’est au niveau des émotions que cela se joue. On oublie la pression sociale, on oublie les conventions, on oublie les rêves que nos parents avaient pour nous, on oublie ce qu’on attend de nous, on se concentre uniquement sur nous. C’est notre vie, non ? On met de côté notre vie actuelle, les considérations financières, à ce stade nous nous contentons d’imaginer, de rêver et ce n’est qu’après que nous mettrons au point un plan d’action. Ecrire sa bucket list n’est pas une chose qui se fait en 10 minutes. Aussi, après avoir passé un bon moment dessus et être parvenu à une première ébauche, il serait bon d’y revenir un petit peu chaque jour pendant quelques semaines ou mois pour que tout cela mûrisse et s’affine. Puis, on y revient une à plusieurs fois par an pour la faire évoluer afin qu’elle corresponde toujours à ce que l’on veut, chose qui peut changer au fil du temps, évidemment. J’ai commencé à rédiger ma bucket list en 2012 et je l’ai peaufinée à plusieurs reprises jusqu’à aujourd’hui. Ainsi, alors que la Thaïlande figurait sur ma bucket list en 2012, cette destination n’y figure plus. Si à cette époque-là je voulais faire un saut en parachute et ce jusqu’en 2016, aujourd’hui je suis devenue plus frileuse et ai ajouté un point d’interrogation à côté de cette entrée. Le plus enthousiasmant c’est de rayer au fil du temps les différents items que comporte notre buket list ! Aujourd’hui, je suis contente de lire que j’ai fait une formation en anglais, créé un blog, exercé un métier dans le domaine de la culture, fait un petit voyage solo en France, fait du kayak, voyagé au long cours, etc. Il est impératif de lire sa bucket list plusieurs fois par an pour ne pas perdre ses objectifs de vue, pour continuer à passer à l’action et par conséquent à avancer dans la réalisation de ses rêves.

Comment faire si je n’ai pas d’inspiration ?

Dans un second temps, vous pouvez procéder par catégorie et vous poser des questions plus précises :

-Quels sont les pays et les villes du monde que j’aimerais découvrir ?

-Quelles sont les activités que j’aimerais faire ?

-Quels sont les métiers que j’aimerais exercer ?

-Quels sont les événements que j’aimerais vivre ? (exemples : se marier, avoir des enfants, fêter son anniversaire avec ses proches, etc.) 

-Quelles sont les connaissances et compétences que j’aimerais acquérir ? (exemples : parler portugais, m’y connaître en informatique, prendre de belles photos, etc.)

-Quelles expériences aimerais-je vivre ? (exemples : faire un saut en parachute, faire du patin à glace, voir une aurore boréale, etc.)

-Qu’est-ce que j’aimerais être ? (exemples : plus sereine, plus confiante)

-Qu’est-ce que j’aimerais avoir ? (une moto, une maison, une guitare, une machine à coudre, etc.)

-Quelles bonnes actions aimerais-je faire ?

-Quels animaux de compagnie souhaiterais-je avoir dans ma vie ?

-Quelle est la nourriture que j’aimerais goûter ?

Enfin, si on manque vraiment d’inspiration ou si on a l’impression que ce que l’on écrit ce n’est pas encore ça, on peut s’inspirer des bucket list d’autres personnes que l’on peut trouver sur Internet, par exemple ici, ou encore par ici. C’est un très bon moyen de s’ouvrir à la notion du « tout est possible » car en lisant les bucket list des autres on parvient à s’autoriser à rêver en grand. Et on trouve tellement d’inspiration ! Certains des rêves listés peuvent également résonner en vous au point que vous les ajoutiez à votre propre bucket list.

(Image par Free-Photos de Pixabay)

Comment faire si je ne sais pas ce que je veux ?

L’une des premières étapes du développement personnel c’est d’apprendre à se connaître pour savoir dans quelle direction on souhaite aller, quelle serait la vie qui nous ressemble : quelles sont mes valeurs, quelles sont mes activités favorites, quels sont mes talents, quel métier aimerais-je exercer (qu’est-ce que je sais faire et que j’aime faire ?), dans quel environnement aimerais-je vivre, etc. Quand on ne se connaît pas, difficile de savoir quels sont nos rêves. Mais pas de panique, il existe des exercices et des pistes à explorer dont je vous parlerai avec plaisir dans mes prochains articles.

Comment passer à l’action et réaliser les rêves figurant sur notre buket list ?

Depuis la rédaction de ma bucket list, je vous avoue que je n’ai pas suivi de plan précis. Ce qui fait que j’arrive malgré tout à réaliser certains de mes rêves c’est ma personnalité : j’adore la nouveauté, je suis très curieuse et je suis facilement transportée par un enthousiasme et une énergie débordants à l’idée de réaliser certains projets qui me tiennent à cœur. Ce sont des événements de vie qui m’ont changée et ont fait de moi une personne qui veut vivre intensément, profiter, croquer la vie à pleines dents ! C’est une injonction qui fait désormais partie de moi et c’est donc tout naturellement que je me suis tournée vers le développement personnel en général et la bucket list en particulier.

Mais, si je n’étais pas comme cela, il est probable que je n’aie à ce jour accompli aucun rêve figurant sur ma liste. Alors voici quelques pistes pouvant vous aider à passer à l’action.

Conseil n°1 :

Mon premier conseil, que je vais essayer d’appliquer cette année, c’est de choisir une dizaine de rêves qui figurent sur votre bucket list et de vous engager à les réaliser dans l’année. Vous pouvez choisir les plus importants pour vous ou si cela vous fait trop peur ou que vous pensez ne pas y arriver si rapidement, choisissez à la fois des rêves que vous pensez atteignables cette année et que vous avez très hâte de concrétiser. J’adore l’idée de la bucket list sur une année que j’avais découverte il y a quelques années. J’avais lu le témoignage d’une jeune femme qui s’était fixé un rêve à réaliser par mois. En ce qui me concerne, pour ma première tentative en 2020 j’ai relu ma dernière bucket list et j’ai choisi, au feeling, des rêves que j’aimerais réaliser cette année mais pas un par mois car il y a des choses qui se font sur la durée, qui sont plutôt des choses à mettre en place et qui feront partie de ma vie sur une longue période. Aussi, j’ai même rajouté des choses spécialement pour cette année et par conséquent, ma bucket list 2020 a plusieurs buts : me faire avancer dans ma bucket list générale et me faire avancer dans des domaines particuliers qui ne font pas partie de ma bucket list générale. J’ai listé 14 choses à réaliser en 2020, cette liste s’apparente à la fois à la bucket list pour son côté motivant et aux bonnes résolutions de début d’année (chose que je ne fais absolument jamais).

Conseil n°2 :

Une fois votre bucket list générale ou votre bucket list 2020 rédigée, concentrez-vous sur un premier item. Détaillez davantage le rêve choisi car plus il sera précis plus vite vous pourrez passer à l’action car ce sera plus concret. Je dirais même qu’en faisant cela on passe déjà à l’action finalement. Par exemple, si vous souhaitez aller au Japon cette année, demandez-vous à quelle période souhaitez-vous partir, pour quelle durée, pour quel budget, avec qui, pour quoi faire là-bas. Ainsi, vous pourrez dès à présent faire des petites actions qui vous permettront de vous rapprocher au fur et à mesure de votre but. Il paraît que le plus difficile c’est de se lancer et il suffit d’une minuscule action pour enclencher le processus du passage à l’action. Par exemple, décidez que demain vous demanderez à vos collègues de travail quand comptent-ils poser leurs prochains congés et posez vos jours de congés. Après demain, faites vos comptes et estimez le budget que vous pouvez allouer à ce voyage. Le jour suivant, envoyez un texto à vos amis pour savoir qui serait partant pour vous accompagner. La semaine suivante, cherchez sur Internet les lieux que vous souhaiteriez découvrir précisément au Japon et commencez à vous créer un itinéraire. Puis, le mois d’après, réservez vos logements et vos billets d’avion, et ainsi de suite. Puis, faites la même chose pour les autres rêves de votre liste. Parfois, il suffit d’un coup de téléphone, tiens sur ma liste figure le rêve « apprendre la salsa », hop je regarde sur Internet quels sont les clubs de salsa près de chez moi, j’en sélectionne quelques-uns et je prends mon téléphone pour poser mes questions ou réserver une séance d’essai et ça y est le premier petit pas est fait, je suis engagée, je suis déjà en train de réaliser mon rêve !

(Image par StockSnap de Pixabay)
Conseil n°3 :

Se programmer un moment précis où réfléchir et agir, cela peut être une fois par semaine, par exemple le samedi matin vous relisez votre liste et vous faites le point et vous vous demandez : comment puis-je là maintenant faire un pas vers la réalisation de l’un de mes rêves ?

Conseil n°4 :

Se fixer une date limite pour passer à l’action. Même pour la bucket list 2020 car si on se contente d’écrire sa liste et de ne plus y toucher rien ne va se passer. Alors on repense au « pourquoi » on souhaite tellement réaliser les rêves qui figurent sur notre liste, on s’imagine les réaliser et une fois qu’on est reboosté on se fixe une deadline pour réaliser la première mini action qui enclenchera les suivantes. Parce que si on ne fait pas ça, si on est un pro de la procrastination, je pense qu’il est fort probable qu’en décembre 2020 aucun rêve de notre bucket list ne sera réalisé ! Oui le quotidien nous emporte dans son tourbillon d’obligations, on n’a pas « que ça à faire » ! Mais une minute.. Ce n’est pas « ça » le plus important au contraire ? Ce n’est pas « ça » qui devrait passer en priorité devant la série du samedi soir ? Parfois, on fait passer en priorité des choses qui ne le sont pas vraiment (des priorités). D’ailleurs, ça serait un sujet que j’aimerais creuser et pourquoi pas en faire un article un jour. Il faut se faire des piqûres de rappel de temps en temps et revoir ses priorités. Des fois, on n’est vraiment pas logiques, et moi la première, on préfère errer sur Internet sur les réseaux sociaux ou sur des sites de grandes marques de prêt-à-porter au lieu de réaliser ses rêves. C’est plus simple, c’est plus confortable, c’est familier, c’est un plaisir facile, ça ne demande même pas de bouger de son canapé c’est pour dire !

Pour aller plus loin :

Pour les personnes qui ont du mal avec le passage à l’action en général, qui ont déjà tendance à procrastiner dans leur quotidien et pour qui cela semble compliqué à mettre en place, je souhaite me renseigner davantage sur les plans d’action et la motivation dans le développement personnel et je compte écrire un article sur le sujet. Il ne se basera pas uniquement sur mon expérience et ce qui me vient en tête spontanément comme là mais renfermera des techniques qui ont été testées et approuvées.  

Et vous, quels sont les rêves figurant sur votre bucket list ? Avez-vous des techniques qui vous aident à passer à l’action ?

4 Replies to “Rédiger sa « bucket list » : pourquoi et comment ?”

  1. Quel bel article! En te lisant j’ai rajouté 19 rêves à ma liste 😊. Un élément de ma bucket list que je trouve très inspirant (tiré de la bucket list de Kikki-k est « pourquoi est-ce sur ma liste? ». Pour chaque rêve, je note le ´pourquoi’, la date à laquelle j’ai réalisé mon rêve, le ´où’, le ´comment’, avec qui j’étais, et ce que j’ai ressenti. Ce dernier aussi est très important à mes yeux pour deux raisons: (i) en se relisant on se replonge dans ce rêve que l’on a expérimenté, et (ii) c’est motivant pour la continuation !
    J’ai commencé ma Bucket List en 2019; j’en ai déjà accompli deux et en ai encore trois autres « on the go ».
    Je trouve ton conseil no 3 excellent; si on n’a pas nos rêves en face de soi régulièrement, il est facile de les oublier! Jai commence à incorporer ma Bucket List dans la rédaction de mes goals et dans le planning mensuel et weekly de mon bullet journal et cela donne une toute nouvelle direction à ma vie.
    Merci encore pour ce partage !

    1. Hello Patricia, merci pour ton commentaire qui m’inspire beaucoup. 🙂 C’est vraiment une bonne idée de rajouter les circonstances de chaque rêve de ta bucket list ! Idem pour ton organisation pour passer à l’action grâce au bullet journal !

  2. Bonjour, c’est Anaïs de wearebackpackeuses, super article, les questions que tu poses sont top pour pouvoir faire un liste et tu as tout à fait raison sur la mise en place d’une date limite, c’est un super conseil 🙂 Merci beaucoup

    1. Coucou Anaïs, merci pour ton commentaire ! Je suis contente que mon article ait pu t’aider 🙂 Bon courage pour la rédaction de ta bucket list alors 😉

Leave a Reply