Vers le « zéro déchet »

(Image par Jasmin Sessler de Pixabay)

Cela fait plusieurs années que je cherche des solutions, à mon niveau, pour préserver l’environnement. C’est donc tout naturellement que je me suis renseignée sur le mouvement « zéro déchet », très à la mode depuis quelques temps. Qu’est-ce que le zéro déchet ? C’est la prise de conscience que nous devons agir contre la pollution de l’environnement et que nous pouvons tous le faire à notre échelle. On croit souvent, à tort à mon sens, que les actions que nous pourrions entreprendre individuellement pour préserver notre planète seraient vaines car trop infimes. Oui mais ça c’est si une seule personne le fait ! Mais que se passerait-il si chaque humain de la planète le faisait ? Une grosse différence pour l’avenir de notre planète ! Alors on s’y met ?

15 actions « zéro déchet » à mettre en place dans son quotidien

Je ne dis pas qu’elles sont toutes simples ou envisageables pour tout le monde, moi la première je suis rebutée par certaines d’entre elles, mais je suis sûre que parmi elles il y en a forcément quelques-unes que vous pourriez adopter facilement pour passer tout en douceur vers une vie plus « zéro déchet ». 😊

1/ Trier ses déchets pour qu’ils soient recyclés

Cela peut paraître évident pour certains mais je connais des gens qui sont très loin du compte donc il me semble important d’en parler. Cela consiste à mettre ses déchets en carton, papier, plastique, verre, métal dans les poubelles appropriées de son local à poubelles (et non dans la poubelle « normale ») ou dans les poubelles adaptées présentes dans les rues. Il est possible de se procurer un mode d’emploi et un sac de tri auprès de sa ville. A savoir que les règles ne sont pas toutes les mêmes selon les communes. En ce qui concerne les « encombrants », il faut se renseigner auprès de sa commune pour connaître la marche à suivre mais en général on les apporte à la déchèterie ou on les met devant chez soi et on appelle les « encombrants/monstres » qui viendront nous en débarrasser.

2/ Réutiliser, donner ou vendre ses vêtements

On peut tellement faire de choses pour éviter de jeter ses vêtements ! Ceux qui sont en bon état peuvent être vendus (sur Vinted par exemple) ou donnés à des proches ou à des associations qui les donneront aux plus démunis ou les recycleront. Et pour ceux qui sont vraiment abîmés, pourquoi pas en faire des torchons ! Et dans l’entre-deux moi j’en fais des pyjamas.

3/ Mettre un autocollant « stop pub » sur sa boîte aux lettres

On peut en récupérer un gratuitement auprès de sa mairie ou en acheter sur Internet. Je l’ai fait récemment et pour moi c’est un double bénéfice : j’agis pour l’environnement en luttant contre le gaspillage et je ne suis plus inondée par tous ces prospectus qui remplissaient ma boîte aux lettres puis mon appartement puis mes poubelles chaque semaine.

4/ Refuser les prospectus que l’on nous tend dans la rue

Souvent, on les accepte et ils finissent deux secondes plus tard dans la poubelle la plus proche, c’est dommage. Parfois, je les accepte par pitié pour la personne qui les distribue et qui doit bien faire son taf. Mais je me surprends à les refuser de plus en plus sans problème ! Ça n’encombre plus mon sac à main et c’est moins de gaspillage.

5/ Refuser les sacs dans les magasins

Le plus simple, c’est d’avoir toujours un sac en tissu réutilisable dans son sac à main. Cela permet de pouvoir refuser les sacs gratuits que l’on nous propose dans les magasins et parfois on est content car pour avoir un sac à la caisse d’un magasin il faut payer. Certains magasins créditent même des points fidélité supplémentaires lorsque l’on n’achète pas de sac en caisse. Alors pourquoi s’en priver ? Puis, je ne sais pas vous mais moi j’ai une véritable déchèterie de sacs en tous genres entassés dans mes placards qui prennent toute la place et que je n’ose pas jeter par rapport à l’environnement mais qui polluent mon appart’. Quand je fais mes courses, depuis plusieurs années maintenant j’ai mes propres sacs réutilisables et n’arrive plus jamais en caisse en ayant oublié mes sacs, ce qui m’arrivait beaucoup au début. Par contre, pour les boutiques de fringues ou de déco des fois je me rends compte que mon sac en tissu est trop petit ou carrément je n’ai pas le temps de refuser le sac auprès de la caissière que mes achats ont déjà été empaquetés. Il me reste un peu à bosser à ce niveau-là !!

6/ Réduire le gaspillage 

Acheter ses aliments en vrac (légumineuses, céréales, graines, fruits secs, etc.), ne pas cuisiner en trop grandes quantités ou mettre ses restes dans un récipient adapté au frigo et les manger le lendemain sont des actions qui permettent d’éviter le gaspillage alimentaire.

Acheter moins de vêtements permet de lutter contre le gaspillage du textile qui est malheureusement considérable. Pour cela, des solutions existent comme n’acheter un vêtement que si on en a besoin ou s’il nous plaît vraiment mais surtout pas sur un coup de tête. On peut aussi aller plus loin et se poser les questions : est-ce que le tissu est de bonne qualité ? Est-ce qu’il va avec plusieurs pièces de ma garde-robe ? Est-ce qu’il est suffisamment confortable pour que je le porte plusieurs fois ? Est-ce une matière qui me convient ? (Parfois les matières synthétiques sont insupportables en été par exemple !) Cette action écolo a une répercussion positive sur nos finances alors c’est tout bénéf’ ! Encore mieux, acheter des vêtements de seconde main (et même des meubles) permet d’agir en ce sens tout en faisant des économies. Je n’ai pas encore essayé mais j’y songe sérieusement. De plus, je suis tombée sur un site Internet de location de vêtements qui me semble top alors je pense bientôt me laisser tenter. D’autant plus que pour moi faire du shopping est une véritable corvée et je suis rarement satisfaite de mes achats. Résultat je ne sais jamais quoi mettre comme vêtements et cela ne me correspond jamais trop et malheureusement je m’oblige des mois durant à les porter car je les ai achetés.

Ne pas « vivre comme à Versailles » permet de préserver les ressources de la planète et de ne pas faire augmenter inutilement sa facture d’électricité. Alors on repense à ce que nous disaient inlassablement nos parents quand on était petits et dès qu’on quitte une pièce on éteint la lumière (et la télévision et la radio, etc.) ! Concernant l’eau, évitons les bains et lorsque nous nous douchons ou faisons la vaisselle essayons de ne pas laisser couler l’eau en continu. Je ne suis pas un exemple à ce niveau-là car quand je prends ma douche je laisse couler l’eau car quand je l’arrête j’ai super froid. Heureusement que je ne prends plus de bains depuis quelques années.. Il faudrait que je retente et me fasse violence mais c’est dur ! Pour la vaisselle, c’est beaucoup plus facile, on allume le robinet uniquement pour rincer les couverts et dès qu’on les lave on pense à couper l’eau systématiquement.

En prenant soin de ses affaires on peut moins gaspiller également. Par exemple, en lavant régulièrement ses chaussures au lieu d’atteindre le point de non-retour (surtout sur des baskets blanches, une vraie catastrophe) !

C’est également le cas quand on répare ses affaires au lieu de s’en séparer au moindre bouton cassé ! C’est facile à dire, je sais bien. Je ne suis pas bonne couturière et donc pour moi c’est une plaie lorsqu’un bouton saute. La plupart du temps, je ne mets plus le vêtement en question, le mets dans un coin et attends (quoi au juste ? Je ne sais toujours pas, que quelqu’un fasse le boulot pour moi je crois !!).

(Image par RikaC de Pixabay)
7/ Utiliser des cotons biologiques lavables

J’en ai acheté deux pour tester et actuellement ça me sert à me rincer le visage après avoir mis mon nettoyant. J’aimerais en acheter d’autres, disons une dizaine pour que ça me tienne environ une semaine, et les utiliser pour me démaquiller le visage quotidiennement. Il faudrait juste en acheter suffisamment pour que ça ne soit pas une corvée de lessive de plus mais je pense que c’est vraiment une bonne idée !!

8/ Acheter des cotons-tiges en bambou

Je voulais en acheter mais j’ai trouvé que c’était vraiment cher alors j’attends que ça soit plus répandu et que les prix baissent. En attendant, j’achète des cotons-tiges bio, ce qui est un progrès car il y a quelques années j’achetais les cotons-tiges et cotons Carrefour Discount..

9/ Utiliser des brosses à dents en bambou

J’en ai trouvé à un prix raisonnable sur Internet et on s’habitue facilement. La seule chose c’est que celles que j’ai achetées sont très souples alors en attendant d’écouler mon stock d’anciennes brosses à dents, j’alterne à chaque brossage entre une ancienne en plastique et une en bambou. Puis, je me renseignerai pour savoir s’il existe des brosses à dents en bambou en medium.

10/ Acheter du gel douche, du shampoing et du dentifrice solides

J’ai acheté récemment du shampoing solide que je n’ai toujours pas testé mais je pense que lorsque je l’aurai fait, j’écrirai un article sur le sujet. De ce que j’ai compris, il faut y aller progressivement mais une fois que notre cuir chevelu est habitué c’est top, écolo et économique ! Pour le dentifrice, je ne pense pas le faire tout de suite car j’ai galéré pour en trouver un qui ne contienne pas de substances nocives, qui soit bio et avec un bon goût alors je compte bien le garder un moment ! Mais, dans l’idéal, j’aimerais en trouver un qui ait toutes ces qualités et qui soit non testé sur les animaux et qui soit solide !!

11/ Utiliser des petits sacs en tissu pour les achats en vrac

Alors j’ai beaucoup de mal avec ça. J’en ai trouvé sur Internet mais finalement je ne les ai pas achetés car je me suis dit que je n’allais pas les utiliser : en les oubliant chez moi, en n’osant pas les sortir dans le magasin.. Mais l’idée est super, d’ailleurs dès que j’achète en vrac maintenant je me dis « encore un sachet en papier que je vais jeter en arrivant (car je mets mes graines/oléagineux/flocon d’avoine dans des bocaux en verre) ». J’essaye d’en garder quelques-uns dans lesquels je mets du pain par exemple mais la majorité part à la poubelle très rapidement et c’est dommage.

12/ Ne plus acheter de bouteilles d’eau en plastique

En buvant l’eau du robinet et en achetant une gourde pour ne plus avoir à acheter de petites bouteilles d’eau pour ses déplacements.

13/ Utiliser des recharges de lessives

Cela permet d’acheter des produits avec des emballages plus petits.

14/ Acheter de l’essuie-tout réutilisable

Bon j’ai du mal là aussi.. Je me dis ok si tu n’as pas à essuyer quelque chose de trop sale mais pour le reste je n’y arriverai pas et je serai donc obligée de continuer à utiliser du sopalin classique. Je ne me vois pas essuyer le vomi de mon chat avec de l’essuie-tout réutilisable. Ce n’est peut-être qu’une question d’habitude et un jour ce sera totalement banal pour tout le monde. Si certains d’entre vous en utilisent, je serais curieuse d’avoir vos retours à ce sujet ! 😉

15/ Utiliser des mouchoirs en tissu

Vous savez, comme faisaient nos grands-parents ? Ils étaient donc déjà écolos ! Je ne suis pas encore passée à l’action et m’interroge sur ma capacité à le faire. Bon bien sûr, en cette période de crise sanitaire, c’est totalement à proscrire. Mais pour la suite ? Je ne sais pas encore..

Ce que je n’achèterai jamais même si c’est zéro déchet :

Le papier toilette réutilisable

Les serviettes hygiéniques réutilisables

– Les couches réutilisables

J’en ai vu dans des magasins et sur Internet et ça me bloque totalement ! Impossible ! Mais je suis preneuse de retours d’expériences 😉 Je suis très ouverte au changement surtout quand c’est pour faire une bonne action donc ça m’intéresse mais je ne pense pas franchir le cap.

Mon bilan

Je n’ai pas tout bon sur le « zéro déchet » comme vous avez pu le constater mais je suis contente de m’améliorer petit à petit. Même si j’ai un côté perfectionniste dans d’autres domaines (ce qui est mauvais car ça empêche de passer à l’action apparemment), dans ce domaine-là pas du tout et, je trouve ça bien car je me dis qu’il vaut mieux s’y mettre doucement, sûrement, en restant en cohérence avec ce qui compte ou pas pour nous, avec nos limites (vous vous rappelez le papier toilette réutilisable ?!) plutôt que de ne rien faire du tout ou de s’obliger à faire ce qui serait au bout d’un moment contre-productif je pense car on risquerait d’abandonner. Au moins, on agit et on ne s’oblige pas ! Moi j’aime bien cet entre-deux ! Mais j’avoue que je compte m’améliorer encore sur certaines choses, tranquillement, en piochant des idées à droite à gauche, en testant. 😊

Et vous, parmi cette liste, quelles actions aimeriez-vous inclure dans votre vie quotidienne ? Auriez-vous d’autres idées d’actions « zéro déchet » à me conseiller ?

4 Replies to “Vers le « zéro déchet »”

  1. Désormais je me démaquille avec de l’huile et n’utilise plus aucun cotons… Ce sont souvent de petits gestes simples qui sur le long terme peuvent faire bouger les choses petit à petit !
    Merci pour ton billet 🙂

    1. Coucou Charlène, merci pour ton commentaire ! Je suis tout à fait d’accord et bravo pour tes « petits gestes simples » qui font la différence 😉

  2. Merci pour cet article !
    Je suis moi-même en pleine transition (progressive) pour réduire mes déchets.
    Concernant les cotons-tiges, as-tu envisagé aussi ceux en silicone ? Je pense bientôt tester.
    Je suis aussi réticente en ce qui concerne les protections hygiéniques, le papier toilette et les couches réutilisables, même si j’ai conscience des déchets que cela créé.
    Je m’interdis cependant les tampons hygiéniques avec applicateur (car avec du plastique), et je me renseigne sur ceux en coton lavable.

    1. Coucou Ophélie, merci pour ton commentaire ! Non je n’ai pas entendu parler des cotons-tiges en silicone, tiens-moi au courant si tu testes. 😉 C’est cool que tu tentes de réduire tes déchets 🙂

Laisser un commentaire